Cacao Fairtrade

C'est ainsi que fonctionne Fairtrade

La culture du cacao constitue la principale source de revenus de plus de 5,5 millions d’agriculteurs et d’agricultrices vivant dans des pays en voie de développement et émergents. Par ailleurs, elle fait vivre plus de 14 millions de personnes. Dans les principales zones de culture d’Afrique de l’ouest, 90% du cacao sont cultivés par des petites exploitations agricoles possédant moins de 5 hectares de terrain.

Info Produit Suisse

  • Lancement: 1994
  • Provenance ; Belize, Bolivie, Cameroun, Colombie, Costa Rica, Côte d'Ivoire, Equateur, Ghana, Haïti, Honduras, Inde, Madagascar, Nicaragua, Nouvelle-Guinée, Panama, Pérou, République dominicaine, São Tomé e Príncipe, Sierra Leone, Sri Lanka, Togo, Ouganda.
  • Ventes: 6'077 t (2019; contient également du cacao dans les produits composés) - Développement des ventes
  • Part de marché: 12% (Commerce de détail)
  • Part de l'offre bio: 11%

Défis

  • Les producteurs de cacao sont très loin d’avoir un revenu leur permettant de subvenir à leurs besoins et vivent dans la pauvreté, souvent nettement en dessous du seuil de pauvreté absolu établi à USD 1.25/jour.
  • Le travail des enfants est largement répandu surtout en Afrique de l’ouest.
  • Les cacaoyerssont souventtrop vieux et sujets aux nuisibles et maladies. La productivité en pâtit.
  • De plus en plus de jeunes gens ne voient pas d’avenir dans la culture du cacao et partent s’établir dans les grandes villes.
  • La concentration dans la chaîne de création de valeur globale continue d’augmenter. Cela contribue à affaiblir encore plus la position des agriculteurs dans les négociations.
  • Le prix du cacao brut sur le marché mondial est particulièrement sujet aux fluctuations.

 

Pourquoi le label Fairtrade fait la différence

Fairtrade est un concept global qui offre une alternative aux petits producteurs.

Les coopératives de cacao Fairtrade sont organisées de façon démocratique. Cela apporte de nombreux avantages : un pouvoir de négociation plus élevé, la possibilité de faire des acquisitions ensemble, un accès simplifié au financement et un apprentissage mutuel.

Le prix minimal Fairtrade représente un filet de sécurité face aux prix volatils du marché mondial. La prime Fairtrade permet de réaliser des investissements dans des projets sociaux ainsi que dans la mise en place de mesures visant à augmenter la productivité.

Du receveur passif au créateur actif : les coopératives de cacao sont organisées de façon démocratique et décident ensemble dans quels projets sociaux, écologiques et économiques il convient d’investir la prime Fairtrade.

Dans les pays producteurs, des conseillères et conseillers proposent des formations et des formations aux producteurs Fairtrade. L’objectif est de fournir aux nouveaux producteurs et productrices des informations sur le label Fairtrade et d’aider les groupes de producteurs existants à respecter les standards et à développer les capacités de gestion. Des contacts avec des ONG locales sont également établis.

Pour de nombreux petits producteurs, l’accès aux crédits relève du défi. La certification Fairtrade est souvent, pour les coopératives de cacao, un pas important permettant d’obtenir plus facilement un financement ou des contacts dans des institutions de microfinance.

Le travail des enfants ainsi que le travail forcé sont strictement interdits dans le commerce équitable. Le respect des droits des enfants est une exigence minimale à laquelle toute organisation de producteurs doit satisfaire. Quand des organisations de producteurs sont implantées dans une région dans laquelle le travail des enfants est fortement répandu, elles sont incitées à intégrer dans le plan de développement Fairtrade la lutte contre le travail des enfants.

Les coopératives de producteurs de cacao investissent de plus en plus souvent la prime Fairtrade dans l’augmentation de la productivité et de la qualité. Elles améliorent ainsi leurs chances sur le marché et leur gain.