Une femme qui donne le ton

Agnes Chebii a commencé sa carrière professionnelle il y a 20 ans comme simple travailleuse dans une ferme de roses. Entre-temps, la mère de quatre enfants est montée dans la hiérarchie et dirige actuellement de nombreux travailleurs. Ce qui était autrefois considéré comme impensable est à présent partie intégrante de la vie quotidienne. Ceci grâce à Fairtrade.

Agnes Chebi a commencé sa carrière professinonelle il y a 20 ans. (Photo: C. Köstlin)

Agnes Chebii est une femme de caractère aux multiples talents. Âgée de 41 ans, Agnes travaille depuis plus de 20 ans dans la ferme de fleurs Karen Roses Fairtrade au Kenya. Elle élève de surcroît ses quatre enfants, dirige une équipe de 30 travailleurs, préside le comité Fairtrade d’égalité des sexes et chante dans la chorale de l’exploitation floricole. Au début de sa carrière professionnelle en 1998, elle n’aurait jamais pensé pouvoir assumer une telle responsabilité à cause de son sexe. Elle a été témoin de la différence que fait Fairtrade et de l'évolution du travail à la ferme après la certification.

L'éducation - la clé du succès

Alors que dans le passé, les collègues masculins bénéficiaient principalement d'une promotion, aujourd'hui, l'ensemble de la main-d'œuvre a la possibilité d'évoluer. Les postes vacants sont annoncés publiquement et chaque employé a l’opportunité de poser sa candidature. La carrière d’Agnee Chebii a débuté ainsi. Elle a pu participer à des cours de formation et poursuivre son éducation grâce à des fonds provenant de la prime Fairtrade. Outre les cours de sécurité et de gestion au travail, elle a également suivi des cours de formation continue touchant à l’égalité des sexes, ce qui lui a permis de franchir une nouvelle étape. Elle est devenue par la suite présidente de la commission d’égalité des sexes chez Karen Roses.

Agnes Chebii dirige une équipe de 30 travailleuses et travailleurs. Elle préside le comité Fairtrade d’égalité de sexes. (Photo: C. Köstlin)

Un frein aux agressions

De nombreuses coopératives et entreprises du système Fairtrade fondent des comités d’égalité des sexes dans le but de respecter l'égalité entre hommes et femmes prescrite dans les standards Fairtrade et afin de promouvoir les femmes. "Dans le passé", dit Agnes, "les agressions sexuelles contre les travailleuses étaient monnaie courante à la maison et à la ferme. Grâce à la politique menée par Fairtrade dans le domaine de l’égalité des sexes, ceci a changé". Les membres du comité examinent les incidents portés aux femmes et s'entretiennent avec toutes les personnes concernées et, si les allégations sont confirmées, prennent les mesures appropriées - pouvant aller jusqu'à la résiliation immédiate du contrat de travail. "La direction est très sensible à ce genre d’incidents et s’il le faut, nous n’hésitons pas à dénoncer les cas répétés au conseil d'administration", déclare fièrement Agnes Chebii.      

Prise de conscience féminine

Agnes Chebii et nombre de ses collègues ont saisi les opportunités offertes par la certification Fairtrade de la ferme. Le quotidien des femmes au sein de la ferme tout comme celui de leur entourage proche ont sensiblement changé. Avant la certification Fairtrade, les femmes étaient soumises leur rôle traditionnel discriminatoire, aujourd'hui elles défendent leurs droits avec confiance. "Les femmes de notre communauté ont compris qu'elles aussi peuvent faire tout ce que les hommes font. Regardez-moi : j'étais une simple travailleuse, mais j’ai pu me former à présent et j’évolue dans un poste de direction"

Agnes a pu participer à des sessions de formation et continuer à se former grâce aux fonds des primes Fairtrade. (Photo: C. Köstlin)

Des perspectives d’avenir solides grâce à la prime Fairtrade

La plus grande fierté d'Agnès, ce sont ses quatre enfants. Grâce à la prime du commerce équitable, ils ont tous pu fréquenter une bonne école primaire. Son fils aîné Evans étudie même le journalisme à l'université du Mont Kenya - ce qui n'aurait pas été possible sans une bourse d'études offerte par Fairtrade. L'utilisation de l'argent décidée par le comité de la prime dans le cadre d'un processus démocratique. Les primes ont notamment servi à financer la construction de maisons pour les travailleurs. La maison d’Agnes est située au sommet d'une colline dans un petit village non loin de la ferme floricole. Avec l'aide de la prime Fairtrade, elle a pu lui offrir un toit en fer solide à travers lequel il ne pleut plus. 

"Chanter au rythme de Fairtrade"

Agnes Chebii s'engage pour l’harmonie de la communauté aussi bien au travail que dans son temps libre. Elle dirige par exemple le "Karen-Roses-Choir", dans lequel les travailleurs de la ferme poursuivent ensemble leur passion - le chant. Le chœur ainsi que le bâtiment dans lequel se déroulent les répétitions ont également été rendus possibles grâce à la prime Fairtrade. « Chanter au rythme de Fairtrade » : l’inscription sur le t-shirt qu'Agnès porte à la répétition de la chorale en dit plus que mille mots. Cette phrase pourrait servir de dénominateur commun tant pour elle que le développement de la chorale.

Égalité des droits pour les femmes et les hommes

L'égalité d'accès à l'éducation et l'autonomisation économique des femmes figurent parmi les priorités de Fairtrade.

En savoir plus sur notre travail axé sur la "TRAITEMENT ÉQUITABLE ENTRE LES SEXES".