Revenu suffisant

Un revenu suffisant pour vivre et pas seulement pour survivre

Le revenu d’un grand nombre de paysannes et d’agriculteurs d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine s’est stabilisé grâce à Fairtrade. Les conditions de travail de nombreux employés des plantations se sont améliorées. Ils ont enfin un centre de soins proche du village, et leurs enfants vont à l’école plutôt qu’aux champs. Beaucoup de familles paysannes ont désormais une perspective. Mais certaines familles paysannes Fairtrade continuent de vivre dans la pauvreté. Fairtrade a donc calculé des valeurs de référence pour des revenus suffisants et montre comment les atteindre.

Exemple de la filière cacao

Le cacao est l'un des produits agricoles les plus importants au monde et une source de revenus pour plus de 40 à 50 millions de personnes, en particulier en Afrique de l'Ouest. Etant donné que le prix du marché mondial du cacao est sujet à d'énormes fluctuations, de nombreux petits agriculteurs vivent en dessous du seuil de pauvreté absolue. En Côte d'Ivoire, la majorité des cacaoculteurs ne reçoivent que 67 cents par jour. Les producteurs Fairtrade gagnent encore trop peu car ils ne peuvent vendre en moyenne que 35 à 40 % de leur récolte à des conditions équitables.

Fairtrade a mis en place des valeurs de référence pour un revenu suffisant et explique comment il est possible de les atteindre.

RÉPONSES À CINQ QUESTIONS ESSENTIELLES

1. Quelle est la différence entre un revenu et un salaire suffisant ?

Le salaire suffisant désigne la rémunération que touche un employé, tandis que le revenu suffisant signifie les recettes que réalise un petit agriculteur sans employeur.

2. L’idée d’un revenu et d’un salaire suffisants est-elle récente ?

Dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, l’Assemblée générale de l’ONU a défini, il y a 70 ans, de nombreux droits de base que chaque être humain devrait avoir partout et à tout moment pour mener une vie digne. Selon l’article 23, « quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale. »

3. Quels sont les frais qu’un revenu ou un salaire suffisant doit permettre de couvrir ?

Le revenu devrait couvrir les coûts alimentaires, de l’eau, du logement, de la formation, sanitaires, de transport, vestimentaires et d’autres besoins essentiels, y compris une petite épargne pour les cas d’urgence.

4. Que doivent entreprendre les paysans et cultivateurs Fairtrade pour réaliser un revenu suffisant ?

Par leur travail agricole, ils ont une influence considérable, notamment sur les coûts et la productivité. En se diversifiant par la culture de légumes à proposer sur les marchés locaux, ils peuvent se procurer une source de revenu supplémentaire. Leur engagement au sein des coopératives joue aussi un rôle important : en connaissant et défendant leurs droits, ils s’assurent que les avantages de la certification Fairtrade leur reviennent comme il se doit, et Fairtrade les soutient à cet égard.

5. Que fait Fairtrade pour rémunérer correctement le travail des paysans et travailleuses ?

Le prix et la prime sont certes des facteurs essentiels. Fairtrade augmentera donc le prix minimum du cacao de 20 % dès le mois d’octobre. Mais Fairtrade adopte une démarche plus globale : les cultivatrices et paysans sont appelés à être plus productifs, à réduire leurs dépenses et à se diversifier. Ils sont soutenus par des ateliers et formations réalisés par les réseaux de producteurs d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine. Enfin, Fairtrade s’engage à augmenter la demande de produits certifiés en Allemagne, Autriche et Suisse afin d’améliorer les débouchés pour les paysannes et cultivateurs du Sud.