Le chemin d'un produit Fairtrade

Les limites de la traçabilité

Le cas normal: Le produit Fairtrade provient à 100% de l'organisation Fairtrade

Lorsqu'un produit porte le label Fairtrade, cela signifie qu'il a été traité conformément aux standards internationaux du commerce équitable (Fairtrade International). Le partenaire commercial du Nord paye au producteur Fairtrade du Sud un prix équitable, c'est-à-dire une prime Fairtrade et, éventuellement, un prix minimal. Dans la plupart des cas (largement plus de 80% du chiffre d'affaires Fairtrade), le produit et son contenu sont originaires à 100% de l'organisation de producteurs certifiée Fairtrade.

Cela signifie que la banane portant le label Fairtrade a été cueillie par un agriculteur Fairtrade. C’est aussi le cas pour tous les fruits, les roses, le café, le riz, le miel, les noix, les épices ainsi que le coton Fairtrade. Pour toutes ces matières premières, la dite traçabilité physique est ainsi assurée. Les produits Fairtrade sont séparés des produits conventionnels sur l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement et de transformation. L'organisation de contrôle FLOCERT vérifie les flux de marchandises et d'argent tout au long de la chaîne d'approvisionnement.

L'exception: Le produit Fairtrade peut être mélangé avec d'autres matières premières (Bilan de masse)

Il y a en revanche des produits portant le label Fairtrade pour lesquels le contenu du produit a été mélangé avec d'autres contenus pendant la transformation. C'est le cas pour le cacao, les jus de fruits, le thé et le sucre. Ces matières premières sont récoltées par des agriculteurs ou travailleurs Fairtrade puis peuvent être mélangées avec des matières premières non-Fairtrade déjà sur le site de production dans le Sud ou pendant la transformation dans le Nord. Une séparation physique constante de marchandises Fairtrade et non-Fairtrade ne peut dans ce cas pas être garantie. Toutefois, les produits labellisés Fairtrade respectent à 100% les critères Fairtrade, car pour ces produits, une prime Fairtrade et éventuellement également un prix minimal sont versés à l'organisation de producteurs certifiée. Au total, l'industrie n'a le droit de vendre que la quantité de produits Fairtrade correspondant aux matières premières Fairtrade qu'elle a achetées. L'ensemble des flux de marchandises et d'argent est documenté par écrit et vérifié par l'organisation de contrôle FLOCERT.

Dans ce cas aussi, ce qui compte c’est que chaque achat d'un produit Fairtrade a un impact direct sur l'organisation de producteurs dans le Sud. Vous soutenez directement les organisations de producteurs dans le Sud et avez l'assurance que les suppléments de prix de Fairtrade arrivent à ceux à qui ils appartiennent, à savoir les producteurs.

Le principe de l'électricité verte

Une comparaison avec le principe de l'électricité verte dans le réseau général d'électricité est un bon exemple. L'électricité délivrée chez les clients ayant souscrit à de l'électricité verte, n'est pas totalement verte. Elle est un mix de diverses sources d'électricité. Afin de séparer le courant vert des autres types de sources, il faudrait mettre en place un réseau életrique parallèle. Cela engendrerait une augmentation massive des coûts. L'injection de courant vert dans le réseau électrique global permet d'augmenter petit à petit la proportion de courant vert sans forcément augmenter les coûts d'exploitation.