L'organisation aurifière SOTRAMI au Pérou

Le Pérou est l’un des principaux pays producteurs d’or au monde. Outre de grandes entreprises minières internationales, on y trouve de nombreuses petites mines artisanales qui emploient la majorité des personnes travaillant dans le secteur aurifère. C’est le cas de la mine de Santa Filomena, un petit village situé dans le désert d’Atacama, au sud du Pérou.


place/pays
Santa Filomena, Ayacucho, Peru PE

FLO-ID
25370

Forme d'organisation
Mine

surface
635.00 ha

fondation
1988

Mineure / Mineurs
470


 

Des projets haut de gamme réalisé Fairtrade

Santé:
- construction et entretien d’un centre médical
- paiement des consultations dentaires

Formation:
- soutien à l’école du village dans divers domaines (rénovation des salles de classe, aménagement d’une cour de récréation, etc.)

Infrastructure:
- amélioration des voies d’accès et des axes de transport menant aux mines
- financement de l’électrification des services municipaux, de la poste et de l’école

 

Avec Fairtrade, nous pourrons vendre notre or à son juste prix et donc, gagner plus - cela bénéficie aussi à notre communauté et à l’environnement.

Gina Davila, Association de femmes SOTRAMI, Santa Filomena, Pérou

Dans les années 1980, à la suite de la crise économique, Santa Filomena a attiré de nombreux mineurs venus tenter leur chance dans les galeries aurifères abandonnées. En 1989, ces chercheurs d’or sans statut officiel se sont regroupés au sein d’une société anonyme appelée «Sociedad de Trabajadores Mineros» (SOTRAMI S.A.). Depuis mai 2011, au terme d’une procédure de vérification de deux ans effectuée par l’organisme de certification FLO-Cert, SOTRAMI S.A. peut se féliciter d’être la première mine certifiée Fairtrade du Pérou.

 

Ainsi, les travailleurs de SOTRAMI sont soumis à des contrôles médicaux réguliers et suivent des formations sur les normes de sécurité, notamment sur la bonne utilisation des produits chimiques et les règles de sécurité dans les galeries. «Les mineurs doivent porter leur équipement de sécurité en permanence, car il est primordial qu’ils puissent travailler dans le calme et la concentration, sans compromettre leur santé», explique le mineur Benjamín Vasquez.De nombreuses habitantes de Santa Filomena travaillent aussi pour SOTRAMI S.A. – mais pas dans les galeries, car d’après la coutume, cela porterait malheur. Employées à titre de pallaqueras, ces femmes sont chargées de trier le gravier contenant de l’or. Elles se sont regroupées au sein d’une association et se partagent leurs revenus à la fin de chaque mois. Gina Davila, elle-même pallaquera, déclare que Fairtrade a des effets positifs sur l’environnement et sur la vie du village.

 

 

retour