La ferme florale Wildfire Flowers au Kenya

En plus des plantes d'été comme le millepertuis et les fleurs de moules, Wildfire Flowers au Kenya produit également des roses dans les meilleures conditions climatiques. La région autour du lac Naivasha dans le district de Nakuru offre les meilleures conditions pour la culture des roses et autres plantes.
La certification du commerce équitable permet la durabilité et l'amélioration des conditions de vie et de travail des plus de 600 employés de la ferme Wildfire Flowers.

place/pays
Naivasha, Kenia KE

FLO-ID
27504

Forme d'organisation
Plantation

surface
36.6 ha

production
45 Mio (Stems)

fondation
1999

Ouvriers / ouvrières
467

www

La ferme florale Wildfire Flowers au Kenya – un haut vol

La ferme certifiée "Fairtrade" Wildfire Flowers est située à Naivasha, près du lac Naivasha dans le district de Nakuru. Depuis sa création en 2000, la ferme a connu une forte croissance:
Le nombre d'employés est passé de 300 à environ 620, et la superficie cultivée a également augmenté en parallèle - de 17 ha à près de 40 ha. Cela a également permis d'élargir la gamme de produits. En plus de la culture initiale de fleurs d'été, les roses communes pour l'Afrique de l'Est ont été ajoutées.
Wildfire Flowers est maintenant membre de diverses associations telles que le Lake Naivasha Growers Group, la Lake Naivasha Riparian Association, l'Agricultural Employers Association et le Kenya Flower Council.

 

La responsabilité sociale en tant que bien supérieur

Grâce à la prime du commerce équitable et à l'initiative de Wildfire, divers projets ont été mis en œuvre qui ne profitent pas seulement aux travailleurs agricoles et à leurs familles. La population locale en bénéficie également.
La prime du commerce équitable a permis de mettre en œuvre les projets suivants:


  • Bourses d'études pour les enfants de travailleurs


  • Prêts sans intérêt pour la réévaluation de votre propre maison

  •  

L'exploitation elle-même a financé d'autres mesures en plus des projets de primes:



  • soutien au fonctionnement de la DCE


 

retour