Du cacao, pour vivre dignement

Car pour moi, c’est vital: Qu’une cultivatrice de cacao puisse acheter de nouveaux uniformes scolaires

Le prix minimum Fairtrade apporte une meilleure sécurité financière à de nombreux cultivatrices et cultivateurs de cacao. Quant à la prime Fairtrade, versée en sus du prix de vente, elle a permis aux coopératives de construire de nombreuses salles de classe et de payer des frais de scolarité.

Au Ghana, Coop fait désormais figure de pionner pour les cultivatrices et les cultivateurs de cacao : le premier transformateur de cacao Fairtrade en Suisse, Chocolats Halba / Sunray, accompagné par Max Havelaar Suisse et Fairtrade Africa, paiera, à partir de cette saison de récolte, le prix de référence assurant des revenus de subsistance à 172 cultivatrices et cultivateurs de cacao. Tous sont membres du projet Sankofa. Depuis 2019, ils pratiquent une agroforesterie dynamique et contribuent ainsi à la durabilité sociale et écologique. Le projet Sankofa réduit les émissions de CO2  et améliore sur le long terme les moyens de subsistance des cultivateurs de cacao ghanéens.

Emelia Debrah est une agricultrice d’Alavanyo, dans la région de Brong Ahafo. Autrefois, elle vendait des kenkey (boulettes de maïs). Puis elle a convaincu son mari de lui attribuer une parcelle de terre, sur laquelle elle cultive notamment du cacao et de l’igname. Un projet qui l’enthousiasme: «Grâce à ce projet, je peux contribuer à faire vivre ma famille. Avec mon propre maïs, j’ai préparé des kenkey, pour les vendre. J’ai aussi vendu de l’igname, du poivre, du plantain et d’autres légumes cultivés sur ma parcelle », explique Emelia Debrah. «Le cacao à lui seul ne rapporte pas assez d’argent pour nourrir la famille. Mais ces revenus complémentaires ont beaucoup aidée. J’ai pu prendre une assurance-santé pour mes enfants et mes petits enfants. L’argent a aussi permis d’acheter de nouveaux uniformes scolaires et des fournitures scolaires pour les enfants.»

Selon la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 : "Toute personne qui travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante assurant à sa famille une existence digne. Cette rémunération doit être complétée, le cas échéant, par d'autres mesures de protection sociale." Découvre ici la façon dont nous nous engageons en faveur du droit à une existence digne: Un revenu suffisant pour vivre, et pas seulement pour survivre.